Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Les ministres changent plus vite que le climat … et le budget agricole fond plus vite que la banquise !

Trois ministres de l’agriculture en dix-huit mois et un budget agricole en baisse de 10% en 2019 ne sont pas des signaux rassurants adressés aux agriculteurs

Quinze mois est la durée moyenne d’un mandat ministériel sous la Cinquième République.

Souhaitons que Didier Guillaume, notre nouveau Ministre de l'Agriculture, puisse investir sa charge assez longtemps pour finaliser les chantiers prioritaires. J’en mettrai deux en avant.

La loi alimentation doit permettre aux agriculteurs d'être mieux rémunérés. Les négociations commerciales annuelles entre distributeurs et fournisseurs de l'alimentation viennent de démarrer et s'annoncent compliquées. Les ordonnances de mise en œuvre de cette loi portant sur le relèvement de 10% du seuil de vente à perte et l'encadrement des promotions, ne sont pas encore prises.

La Commission européenne a proposé une baisse de 5% du budget, justifiée par la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne. Cette perspective préoccupe la France, l'un des grands bénéficiaires de la politique agricole, qui a pris la tête d'un groupe de 20 ministres européens opposés au projet.

Le devenir de la loi alimentation et de la PAC aura un impact direct sur l’avenir des agriculteurs français. Mais j’aurai pu citer la sécheresse, la fièvre porcine africaine, le grand plan d’investissement, le glyphosate …

Autant de chantiers dont la conduite et la réussite nécessitent un ministre impliqué et des moyens cohérents.

Mais trois ministres de l’agriculture en dix-huit mois et un budget agricole en baisse de 10% en 2019 ne sont pas des signaux rassurants adressés aux agriculteurs !

Jean-Pierre LEVEILLARD
Président CRA CVL