Vous êtes ici : Accueil > Chambre d'agriculture de Loir-et-Cher > Nos actualités > Stress thermique du bovin_Froid

Stress thermique du bovin_Froid

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Comme tous les animaux, les bovins sont sensibles aux changements de températures. Cependant, leur niveau de confort est spécifique. En effet, les vaches souffrent davantage de la chaleur que du froid et leur température de confort, c’est-à-dire celle à laquelle ils n’ont pas besoin d’adaptation se situe entre 10° et 20°. Petit tour d’horizons des grands classiques pour le bien-être des bovins !

 

Entre -5° et 25°, les bovins parviennent à maintenir leur température corporelle aux alentours de 38°, sans dépenser plus d’énergie pour se réchauffer ou se refroidir. A l’arrivée de l’hiver, ils développent des systèmes d’adaptation au froid : un pelage plus épais, une couche de gras isolante et un métabolisme plus sollicité avec des besoins en nourriture plus importants. Quand les températures refroidissent énormément, à partir de -5°, le bovin va commencer à puiser dans ses réserves pour se réchauffer : ce qui va l’amener à perdre du poids et donc affecter son bien-être.

Comment maintenir le bien-être de l’animal en cas de grands froids ?

En période de grand froid, le mieux est de rentrer les vaches à l’étable. Attention, elles redoutent le froid mais également les courants d’air, d’autant plus quand elles sont jeunes. Lorsque les températures permettent aux vaches de rester dehors, il faut tout de même penser à leur fournir un abri qui les protègera de la pluie. Pourquoi ne pas implanter des haies ? Celles-ci casseront les courants d’air ainsi que la pluie s’il vente.

Lorsque les vaches sont rentrées à l’étable, il faut veiller à avoir une aération étudiée pour évacuer l’humidité mais sans créer de courants d’air. Il faut également veiller à ce que la litière à base de paille soit changée régulièrement, soit sèche et disponible en quantité suffisante.

Un autre point important est de garder la robe des vaches propre et sèche. En effet, un pelage mouillé perd de son pouvoir isolant. Enfin, il est nécessaire d’adapter l’alimentation des vaches en fonctions de ses besoins accrus.

D’autres mesures spécifiques peuvent être prises pour les animaux les plus fragiles (jeunes, veaux et génisses) : des couvertures pour bovins, des lampes chauffantes, des rideaux à lamelles aidant la régulation de l’entrée d’air dans l’étable mais aussi des logettes et des abreuvoirs chauffés.