Vous êtes ici : Accueil > Chambre d'agriculture de Loir-et-Cher > Nos actualités > Bien-être animal : quelles conditions pour quel animal ?

Bien-être animal : quelles conditions pour quel animal ?

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Le bien-être animal est au cœur des préoccupations du grand public concernant l’agriculture… mais il est tout aussi important pour les éleveurs ! Pour que celui-ci soit bien appliqué, il faut tout d’abord bien connaître les animaux de la ferme et les conditions à réunir pour leur confort. Petit tour d’horizon des spécificités de chaque filière et des actions mises en place par les agriculteurs.

Le bien-être animal, qu’est-ce que c’est ? L’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) le définit ainsi : « le bien-être animal est la manière dont un animal évolue dans les conditions qui l’entourent. Il est considéré comme satisfaisant si les critères suivants sont réunis : bon état de santé, confort suffisant, bon état nutritionnel, sécurité, possibilité d’expression du comportement naturel et absence de souffrance. » Ainsi, l’éleveur doit prendre soin de ses animaux en leur fournissant une protection adaptée, des soins et traitements en cas de maladie ou encore une alimentation appropriée. Mais chaque animal possède ses propres spécificités, certaines conditions scieront davantage aux bovins qu’aux caprins par exemple.

 

Zoom bovins

Le saviez-vous ? Dès que les températures dépassent les 23 – 24°C, les vaches sortent de leur zone de confort thermique. En effet, ces animaux préfèrent de loin les températures fraîches que la chaleur. Pourquoi ? Car l’activité de leur rumen (leur système digestif) apporte déjà énormément de chaleur, on le compare notamment à un radiateur intégré. Ainsi, les températures qu’affectionnent particulièrement les vaches se situent entre 0°C et 15°C : quand nous avons froid, les bovins se sentent bien ! Mais quand nous endurons la chaleur, les vaches en souffrent encore plus. Comment faire pour améliorer leurs conditions dans ce cas de figure ?

Les éleveurs mettent en place plusieurs alternatives pour apporter un peu de fraicheur aux animaux. L’élément clé est la ventilation. La ventilation naturelle est favorisée, avec des ouvertures reparties dans le bâtiment, permettant un effet traversant. Pour les bâtiments plus grands, il est parfois nécessaire d’installer de grands ventilateurs pour rafraichir l’intérieur. Les éleveurs veillent également à approvisionner leurs animaux en eau fraiche très régulièrement et laissent le choix aux animaux de se rendre en extérieur ou de rester à l’étable. Une réorganisation des journées est également souvent nécessaire afin de limiter les mouvements d’animaux aux heures les plus chaudes, tout comme une adaptation de l’alimentation. Dans le cas de chaleurs très fortes, les agriculteurs n’hésitent pas non plus à mettre en place ou à fabriquer des brumisateurs géants !

 

Zoom Ovins

Le saviez-vous ? Le mouton supporte lui aussi bien mieux le froid que la chaleur ! C’est pour cela qu’il nous arrive de voir des ovins dans leur prairie en hiver. Leur marge de température de confort est encore plus large que celui des vaches puisqu’un mouton adulte se plait dans un environnement compris entre -8°C et +23°C… en fonction de l’état de sa toison bien entendu !

C’est en effet l’élément déterminant de son bien-être vis-à-vis des températures, le plus important étant que l’animal ne soit pas mouillé jusqu’à la peau en cas de pluie. La toison joue donc un rôle d’isolant et empêche l’humidité d’accéder à la peau de l’animal parfois pendant plusieurs jours. Cependant, il est vrai que toutes les races d’ovin ne sont pas égales face aux conditions hivernales, certaines ayant des toisons plus fines que d’autres.

Lors de l’arrivée des beaux jours, très souvent au printemps, l’éleveur tond ses moutons, afin que ces derniers affrontent des températures plus élevées. C’est pendant l’été qu’il est nécessaire d’apporter de l’ombre et de la fraicheur aux animaux, surtout s’ils sont tondus, afin d’éviter les coups de chaleur. L’éleveur effectuera par la suite une surveillance de l’état de la toison afin d’éviter les infections parasitaires, si besoin, il appliquera un traitement anti-parasitaire. Comme pour les bovins, de l’eau fraîche leur est également mis à disposition pour une bonne hydratation.

 

Zoom caprins

Le saviez-vous ? Les chèvres supportent bien moins le froid que les vaches et les moutons ! En effet, leur pelage est bien plus fin que ces espèces et elles ne possèdent qu’une fine couche de graisse pour leur tenir chaud. Ce dernier ne leur offre donc qu’un abri très limité à la pluie. Les éleveurs leur proposent donc un abri pour l’ensemble de l’année, celui-ci les abritant de la pluie, du vent et de manière général des températures fraiches. Cependant, même si les chèvres supportent mieux la chaleur, il est nécessaire de leur fournir de l’ombre et de l’eau en quantité lorsque les températures sont élevées.

Les éleveurs adaptent donc leurs pratiques et les soins fournis aux animaux selon la météo. C’est cette dernière qui va définir le niveau de confort à mettre en place pour leur bien-être. Selon si les températures sont basses ou élevées, l’alimentation sera adaptée.

L’accès à un espace extérieur est présent dans la quasi-totalité des élevages, afin que vaches, moutons ou chèvres puissent exprimer le comportement naturel dans un milieu adapté. Vous remarquerez de plus que dans un grand nombre de prairies, des arbres et haies sont présents. L’objectif est double : fournir de l’ombre et de la fraicheur aux animaux en cas de grandes chaleurs, mais également leur apporter abri contre le vent et maintien de la chaleur lorsque les températures s’abaissent. Si l’agroforesterie se redéveloppe dans plusieurs filières agricoles (cultures céréalières, viticulture etc.), elle est déjà présente depuis de nombreuses années en élevage, toujours dans l’optique de maintenir le bien-être animal.