Vous êtes ici : Accueil > Chambre d'agriculture de Loir-et-Cher > Nos actualités > A la rencontre du programme Herbe et Fourrages !

A la rencontre du programme Herbe et Fourrages !

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Le programme Herbe & Fourrages, qu’est-ce que c’est ? Destiné aux éleveurs, celui-ci repose sur un réseau de fermes pilotes et de fermes ressources, appuyés individuellement par un conseiller afin de renforcer leur autonomie alimentaire par une meilleure gestion des fourrages. Afin de faire connaitre leurs travaux ainsi que des alternatives fourragères, Herbe & Fourrages a organisé une journée Portes Ouvertes le mercredi 06 novembre dernier, au GAEC de la Hallaudière à Couetron-au-Perche.

Au programme, trois ateliers tournants portant sur des alternatives fourragères développées par les fermes du réseau. Le premier atelier portait sur le méteil et le semis de prairie sous couverts, l’occasion de présenter les résultats des essais du programme ! « L’objectif de cet essai était multiple ! Premièrement il s’agissait d’atteindre l’autonomie alimentaire, avec une dérobée avant maïs voire une alternative au maïs ensilage. Dans un second temps, cela permettait d’obtenir une variabilité d’alimentation en produisant un fourrage différent pour les animaux. Cette diversification a ainsi permis de prendre en compte la résilience climatique en assurant du stock, notamment pendant les périodes difficiles auxquelles peuvent faire face les éleveurs ! » indique Claire DUMUR, Conseillère Elevage à la Chambre d’agriculture de Loir-et-Cher. Différents avantages ont ainsi été remarqués par les éleveurs, notamment en terme de rendement mais également face au manque d’eau, le méteil étant moins gourmand que le Ray Grass d’Italie avant un maïs ! Pour une meilleure réussite, il faut cependant veiller à récolter au bon stade (floraison des légumineuses et graminées au stade gonflement) afin de ne pas baisser la valeur alimentation du produit.

 

Dans un second temps, la thématique de la culture de la betterave, du semis en passant par la conservation  conservation et pour finir sa valorisation, a été abordée. Cette culture produit un grand nombre d’unités fourragères par hectare (+25-30%/maïs), supporte les épisodes de sécheresse et est possiblement entièrement mécanisable ! Comment stocker et valoriser ce fourrage ? « Pour la conservation de ses betteraves, plusieurs manières de faire ! Lors de grands froids, le stockage sur un sol bétonné, avec couverture du tas par une bâche est nécessaire. Attention à bien retirer la bâche lorsque les conditions climatiques s’améliorent. On peut également les conserver dans un silo de maïs ensilage. Autre solution, plus économique, faire pâturer au fil les betteraves ! Ça permet aux bovins de disposer dès août d’un fourrage frais et appètent. » informe Vincent Rigal, Conseiller Grandes cultures et fourrages à la Chambre d’agriculture de Loir-et-Cher. 

 

Enfin, le dernier atelier abordait l’idée de la fabrication de tourteau de colza gras à partir de colza produit sur l’exploitation, avec une utilisation alimentaire pour les animaux mais également en tant que carburant dans les véhicules.  Les tourteaux gras de colza s’obtiennent par pressage des grains et malgré qu’ils soient plus gras que les tourteaux industriels, l’alimentation du troupeau fonctionne très bien ici. En pressant les graines, l’utilisation de l’huile en tant que carburant devient possible, permettant ainsi de réduire les charges de l’exploitation et d’être mieux environnementalement.

« Au niveau alimentaire, les bovins acceptent très bien le tourteau fermier mais il faut veiller à la matière grasse ! Pas plus de 5% de tourteau dans la ration, sinon il y a un risque de limitation de l’ingestion. Les teneurs en mg peuvent être très variables d’une presse à l’autre. Il est donc très important de connaître cette valeur avant toute utilisation en réalisant une analyse. » conclutVirginie Grenet, Conseillère Elevage à la Chambre d’agriculture de Loir-et-Cher.