Vous êtes ici : Accueil > Chambre d'agriculture de Loir-et-Cher > Nos actualités > 24/10 : la filière ovine à l'honneur !

24/10 : la filière ovine à l'honneur !

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Le jeudi 24 octobre s’est tenue la journée départementale ovine organisée par la Chambre d’agriculture de Loir et Cher. Une vingtaine de participants se sont réunis au Grand Clesle sur l’exploitation d’Emile Hardilier, agriculteur en polyculture élevage bio (ovins, céréales, légumes). La journée a commencé par des interventions des conseillers de la Chambre et s’est poursuivie avec la visite de l’exploitation.

Les participants ont découvert la filière ovine en Loir-et-Cher avec une présentation de la conseillère référente, Maéva Siourd, mais également le programme Herbe & Fourrages, présenté quant à lui par Jennifer Baudron, conseillère caprin impliquée dans le programme. Enfin, Vincent Rigal, Conseiller Fourrages à la Chambre d’agriculture, leur a présenté les évolutions de pratiques qu’entraine le changement climatique, cette présentation permettant de prendre conscience des mutations du monde agricole.

Composé de 78 hectares comprenant des légumes et du maïs irrigué, Emile Hardillier s’est installé dans la ferme familiale depuis un an et prend à cœur la gestion de celle-ci.

« En 1988, la seule activité de la ferme était la culture de céréales et de légumes. En 1998, mon père a décidé de diversifier son activité en ouvrant une bergerie semi-pleine air avec 50 brebis. Aujourd’hui, j’ai repris la gestion de la ferme et on compte 100 brebis et 4 béliers » explique Emile.

 Les deux activités de l’exploitation lui permettent d’être autonome au niveau du fourrage pour ses brebis. Pour l’année 2020, il souhaite préserver la race Ile de France sur ses terres. Fier de son élevage, Emile s’occupe de ses animaux dès leur naissance, du sevrage jusqu’à leur commercialisation. « Nos agneaux naissent directement en bergerie et sont laissés à l’herbe jusqu’au sevrage. Après leur sevrage, on les garde en bergerie pendant 6 mois ».

L’éleveur commercialise ses brebis avec la coopérative ABS Agneau Berry Sologne à 7,82€ le kg. Ce revenu représente 70%  de son chiffre d’affaires. Il fait également de la vente directe au GIE des éleveurs bio du Loir et Cher avec un prix de vente qui varie entre 7,60€ le kg à 15,50€ le kg en caissettes. 

Parallèlement à l’activité d’élevage et de cultures végétales, le grand-père d’Emile a décidé de favoriser la biodiversité sur leur exploitation. «  Il y a 20 ans, j’ai commencé à planter des haies tout autour de l’exploitation pour attirer les oiseaux. Ensuite j’ai décidé d’installer des acacias et des pommiers sur trois rangées pour aider le travail des abeilles. Avec les pommiers, nous produisons notre propre jus de pomme mais uniquement pour notre consommation personnelle. »