Vous êtes ici : Accueil > Chambre d'agriculture d'Eure-et-Loir > « Opter pour l’irrigation agricole de précision face à l’augmentation des charges »

« Opter pour l’irrigation agricole de précision face à l’augmentation des charges »

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Dans le contexte inflationniste actuel, les agriculteurs et notamment ceux qui irriguent leurs cultures, qu’il s’agisse de cultures spécialisées ou de grandes cultures, doivent plus que jamais raisonner l’irrigation d’un point de vue technico-économique. Les outils d’aide à la décision (OAD) s’inscrivent de plus en plus comme des alliés pour les agriculteurs qui pratiquent l’irrigation de leurs cultures.

Flambée du coût de l’électricité, du prix des matériaux, du GNR, ou encore des charges de main d’oeuvre, l’irrigation agricole représente un coût non négligeable pour les agriculteurs équipés de cet atout incontesté de la diversification agricole. Le raisonnement technico-économique de l’atelier d’irrigation revient ainsi à gérer au mieux les tours d’eau, avec pour objectif principal d’irriguer à bon escient, au plus près des besoins des cultures. Or, outre l’inflation, le contexte météorologique de l’année 2024 avec de fortes pluviométries a entraîné, pour certains agriculteurs, une modification de l’assolement préalablement déterminé. Les difficultés de semis rencontrées ont contraint des exploitants agricoles, notamment en Eure-et-Loir, à envisager des cultures de remplacement, par exemple concernant les surfaces en orge de printemps.

Lire aussi

Difficulté de semis : le maïs en culture de remplacement

L’une des options envisagées par les agriculteurs concernés par ces problématiques de semis est l’implantation d’un maïs, une culture qui selon la situation peut nécessiter d’être irriguée. Gérer au mieux l’irrigation en fonction des besoins du maïs a un intérêt économique certain. « En termes de coûts, un tour d’eau d’irrigation représente une charge de 700 à 900 euros pour 10 hectares irrigués » chiffre Rémi Pelissier, conseiller au sein de la Chambre d’agriculture d’Eure-et-Loir. Savoir quand mettre fin à une irrigation qui n’apporte plus rien à la culture est donc un moyen de faire des économies non négligeables, tout comme le pilotage de l’irrigation au plus près des besoins de la culture. Le recours à des Outils d’aide à la décision peut donc vite être rentabilisé.

Pour aller plus loin