Un cri d’alarme des exploitations céréalières

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

La Chambre régionale d’agriculture, en collaboration avec les Chambres de l’Indre et du Cher, a organisé lundi 24 août une visite de 2 exploitations céréalières situées « en région intermédiaire », afin d’alerter les services de l’Etat sur la situation très difficile de ces exploitations, en présence de Sébastien WINDSOR, Président de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture de France.

En effet, les exploitations céréalières ont vu leurs résultats économiques se dégrader régulièrement depuis 2013, du fait des prix, des aléas climatiques de plus en plus fréquents et préjudiciables, des options désavantageuses pour ces exploitations prises par la France au niveau de la PAC, et des retraits d’homologation de produits phytosanitaires dans un contexte de multiplication de la pression maladie et des adventices. La mauvaise moisson 2020 (rendements très hétérogènes, largement inférieurs en moyenne aux rendements habituels, avec dans certaines exploitations une situation qui s’apparente à celle connue en 2016) ajoute une difficulté supplémentaire, et pourrait porter le « coup de grâce » à certaines de ces exploitations. Cette dégradation des résultats est particulièrement sensible dans les « régions intermédiaires » (potentiel de sols limité, gamme de cultures possibles réduite, faible niveau d’aide PAC/ha), bien présentes en région Centre-Val de Loire.

40 personnes ont participé à cette journée le matin et l’après-midi (visite de 2 exploitations), et 50 se sont jointes au déjeuner-débat sur la céréaliculture en zone intermédiaire qui s’est tenue à la salle des fêtes de Méreau, dans le Cher, en présence du Préfet du Cher. Bruno LOCQUEVILLE, Directeur régional de l’agriculture et de la forêt, était présent durant l’ensemble de la journée. Sébastien WINDSOR a écouté avec attention l’ensemble des interventions, et a indiqué partager la préoccupation des agriculteurs des zones intermédiaires. Il a incité l’ensemble des participants à réfléchir aux réponses concrètes qui peuvent être apportées, tant au niveau des exploitations que des soutiens publics, et à porter cela via des « projets collectifs de territoire ».

Le matin a été consacré à la visite de l’exploitation de Stéphane SAINSON, à Fontguenand (Indre), orientée céréales et oléo-protéagineux cultivés sur 130 ha avec un potentiel de sols limité (Boischaut nord), et dont les résultats économiques se sont fortement dégradés ces dernières années. « On n’y arrive plus », a indiqué l’agriculteur dans sa présentation. Les rendements sont très faibles cette année sur cette exploitation (30 q/ha de blé tendre), le semis de colza est impossible pour la 3ème année, les tentatives d’introduire de nouvelles cultures rencontrent de multiples difficultés, le revenu a fortement baissé, la trésorerie devient très tendue et les capacités d’investissement sont devenues quasiment nulles. Un déjeuner-débat a eu lieu le midi à Méreau, en présence du Préfet du Cher. Il a permis d’aborder les thématiques de l’irrigation (bloquée dans son développement mais pourtant nécessaire pour les cultures à valeur ajoutée), des retraits d’homologation des phytosanitaires qui touche tout particulièrement les cultures de diversifications, des énergies renouvelables (méthanisation, photovoltaïque…), de la recherche sur les nouvelles cultures (protéagineux notamment), du volet agricole du futur Plan de relance, de la PAC, de la communication avec l’opinion… L’après-midi a été centré sur les limites fortes imposées à l’irrigation, mises en évidence par la visite de l’exploitation de James GOUSSARD à Lazenay (Cher). Cet agriculteur a mis en place à partir de 1988 des productions de semences (aujourd’hui betterave, carotte, radis, oignons), et se trouve bridé dans son développement par l’extrème difficulté de créer un 2ème stockage d’eau pour irriguer.

Le Ministre de l’agriculture avait été invité initialement à participer à cette journée par le Président de l’APCA, mais il a fait part de son impossibilité de venir il y a quelques jours. Philippe NOYAU (Président de la CRA), Robert CHAZE (Président de la Chambre de l’Indre) et Etienne GANGNERON (Président de la Chambre du Cher) ont accueilli les participants aux différentes étapes de la journée.