Vous êtes ici : Accueil > Chambre régionale d'agriculture Centre-Val de Loire > Les actualités de la Chambre régionale d'agriculture Centre-Val de Loire > Journée Régionale Ovine : méteil, photovoltaïque et luttes courtes au programme

Journée Régionale Ovine : méteil, photovoltaïque et luttes courtes au programme

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Cette année une soixantaine de participants se sont réunis à Parnac et Mouhet, au sud de l’Indre. La journée s’est déroulée en deux temps : des exposés en salle le matin et des ateliers sur le GAEC La Bergerie l’après-midi. Cette manifestation est toujours bien appréciée des éleveurs ; l’occasion d’échanger avec des collègues, de partager les expériences, de s’informer sur les dernières actualités.

La présence de responsables professionnels a été vivement appréciée : M Robert Chaze, Président de la Chambre d’agriculture de l’Indre, Jean-François Vincent, Président du COFIL ovin et Président de l’AREOC, Eloi Canon, élu au Bureau de la Chambre régionale d’agriculture en charge de la filière ovine, Mme Sandrine Clément, Directrice du service agriculture du Conseil régional Centre-Val de Loire. La presse a couvert l’évènement : Pâtre, l’Aurore Paysanne et la France Agricole.

Le GAEC La Bergerie comprend 3 associés, dont un nouvellement installé. Il possède 1200 brebis, les agneaux sont élevés en bergerie. Les éleveurs ont également une activité de création de bâtiments photovoltaïques et d’entreprise de travaux forestiers. Les exposés ont été choisis en lien avec l’exploitation. Le matin, la culture et les modes d’utilisation du méteil, ont été abordés par Jonathan SICOT (ABS). La composition du méteil, raisonnée en fonction du mode d’exploitation prévu, est un des points clef de la réussite de cette culture. En matière d’utilisation : une analyse est nécessaire pour bien apprécier la valeur protéique du mélange récolté. Puis Laurent Chateigner a présenté l’activité de la SAS Indre agri Solelec, rappelant qu’avant tout un projet photovoltaïque doit répondre à un besoin en bâtiment de l’éleveur. Le fait de s’être regroupé à plusieurs a permis  d’avoir plus de poids dans les négociations avec les fournisseurs des bâtiments et l’acheteur de l’électricité. La SAS a fait le choix de mutualiser les frais de construction, d’installation et de raccordement.

Quatre ateliers sur l’exploitation

Après un apéritif offert par le Crédit agricole, et un déjeuner convivial élaboré par les JAs du canton, la journée s’est poursuivie sur le site du GAEC autour de 4 ateliers.

  • Jonathan Sicot (ABS), Laurence Sagot (IDELE/CIIRPO) et Bruno Rollet,(OBL) ont expliqué l’intérêt des luttes courtes pour une organisation efficace dans la gestion des  grands troupeaux. Le choix des races, des agnelles et les bonnes pratiques autour de la mise à la reproduction ont également été rappelés.
  • Le second atelier traitait des clés de réussite de l’installation en élevage ovins et des modes d’organisation du travail. Matthieu Wullens (CA36) et Laura Barbonnais (CA36), ont indiqué qu’une bonne entente et une confiance réciproque entre les associés est primordiale. Florian Bazin et Laurent Chateigner ont expliqué que même si chacun a sa spécialité au sein du GAEC, tous sont polyvalents sur les différents ateliers et travaux de l’exploitation.
  • Dans le troisième atelier, Jean-François Renaud (CA36) et Emilie Barreau (GDMA36) ont mis en pratique l’utilisation du logiciel de gestion de troupeau « Ovitel », avec une démonstration dynamique simulant l’enregistrement des sorties d’animaux ou des traitements effectués. Des exemples de valorisations ont également été simulés: choix des meilleures agnelles, tri des réformes, etc... Les participants ont pu faire part de leur propre expérience et également s’informer sur l’utilisation d’un bâton de lecture électronique.
  • Enfin Julie Petermann (GDMA36) a présenté la nouvelle myiase Wohlfahrtia magnifica, identifiée l’an dernier l’an dernier sur un petit secteur au sud de l’Indre, mais dont la zone touchée (Charente, Vienne et Haute-Vienne) s’étend progressivement. Cette mouche a un cycle de développement très rapide,  les larves sont nettement plus grosses et s’enfoncent plus profondément dans les chairs que les myiases classiques et il est difficile de s’en débarrasser. Il est important de respecter une période de mise en quarantaine lors de l’achat d’animaux venant des zones touchées, afin d’éviter une propagation trop rapide.

Vue la localisation, des éleveurs de la Creuse et de l’Allier, ainsi qu’un responsable professionnel de la Chambre d’agriculture de Creuse étaient présents.

Cette journée a remporté encore un beau succès grâce à l’implication des équipes et au soutien du Conseil régional Centre-Val de Loire, dans le cadre du CAP filière Ovins.