Vous êtes ici : Accueil > Chambre régionale d'agriculture Centre-Val de Loire > Les actualités de la Chambre régionale d'agriculture Centre-Val de Loire > Bandes fleuries et régulation biologique des ravageurs

Bandes fleuries et régulation biologique des ravageurs

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

1ère année de suivi, pour l'expérimentation menée sur les bandes fleuries dans le cadre du CAP Filière Grandes cultures par 4 Chambres d’agriculture de la région, l’association Hommes et Territoires, le laboratoire d’Eco-entomologie d’Orléans et l’INRA de Grignon.

Une quinzaine de bandes fleuries pluri-annuelles, composée d’une flore diversifiée, a été implantée à l’automne 2018 par des agriculteurs volontaires. Des suivis ont été mis en place depuis cette année pour tenter d’évaluer leurs impacts sur les cultures voisines, en termes de régulation biologique des insectes ravageurs.

Des prélèvements de larves de ravageurs ont ainsi été effectués dans les parcelles adjacentes aux bandes fleuries (larves de charançons, méligèthes et altises sur colza ; criocères sur blé). Les larves ont ensuite été confiées au Laboratoire d’Eco-entomologie afin de déterminer si elles ont été parasitées par des micro-hyménoptères parasitoïdes. Ces derniers sont des petites guêpes qui pondent dans les larves de ravageurs. La larve du parasitoïde vit au détriment de son hôte et entraine sa mort. Ce sont donc des auxiliaires de cultures permettant de réguler certains ravageurs. Les bandes fleuries, en leur apportant des ressources en nectar et pollen, peuvent favoriser ces auxiliaires.

Les taux de parasitisme des larves de ravageurs sont ensuite comparés à ceux de parcelles témoins sans bande fleurie, afin d’évaluer l’intérêt des bandes fleuries.

Les données récoltées cette année sont déjà conséquentes (par exemple : 668 larves de criocères ont été prélevées) mais doivent encore être enrichies par des suivis similaires prévus l’an prochain. De plus cette 1ère année d’expérimentation aura été marquée par des difficultés liées à la météo : la sécheresse de l’automne 2018 ayant fortement perturbé la levée et le développement des bandes fleuries… (et des parcelles de colza !) Espérons que les conditions de l’année qui vient soient plus propices au développement des bandes… et des parasitoïdes.

L’analyse des 1ères données débute seulement. Rendez-vous l’année prochaine pour en savoir plus sur les résultats...