Irrigation

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Actualités

Arrêté sécheresse

Les fortes chaleurs des dernières semaines génèrent une situation de sécheresse qui s’étend sur plusieurs cours d’eau du Loir-et-Cher. Après de premières restrictions en vigueur depuis le 19 juillet sur le bassin versant des affluents de la Loire, de nouvelles mesures de restriction des prélèvements en rivière s’appliquent à compter du 31 juillet 2018.

Au regard des mesures de restriction définies par l’arrêté-cadre du Préfet de Loir-et-Cher, il a été constaté le franchissement des seuils :

  •  d’alerte pour le bassin versant de la Braye : Irrigation en cours d’eau et nappe d’accompagnement : réduction de 20 % du débit hebdomadaire autorisé et tenue d’un registre hebdomadaire.
  • d’alerte renforcée pour les bassins versants du Beuvron et de la Masse :  Irrigation en cours d’eau et nappe d’accompagnement : réduction de 50 % du débit total autorisé et tenue d’un registre hebdomadaire.
  • de crise pour le bassin versant des affluents de la Loire : Irrigation en cours d’eau et nappe d’accompagnement : Iinterdiction totale

 

Nappe de Beauce Blésoise et Beauce Centrale

La Commission Locale de l’Eau du SAGE Nappe de Beauce et ses milieux aquatiques a défini les coefficients d’attribution pour 2018.

  • le coefficient annuel pour la Beauce Blésoise est fixé à 1
  • le coefficient annuel pour la Beauce Centrale est fixé à 1

Zone vulnérable et analyse de l’eau d’irrigation

Tout irrigant en zone vulnérable doit détenir une analyse de la teneur en nitrates de son eau d’irrigation (et ce quelle que soit la ressource utilisée : rivière ou forage et productions : grandes cultures, légumes …).

  • Cette analyse doit dater d’au plus 4 ans. Elle doit être réalisée par un laboratoire ou par recours à un test colorimétrique avec lecture au colorimètre.
  • Le résultat de l’analyse doit être conservé avec le plan prévisionnel de fumure.
  • La valeur de l’analyse doit être celle retenue pour l’évaluation de la quantité d’azote apportée par l’eau d’irrigation.
  •  Les apports d’azote par l’eau d’irrigation doivent être pris en compte dans le calcul de la dose à apporter à la culture.


La quantité d’azote apportée par l’eau d’irrigation est estimée selon le calcul suivant : « N » apporté par l’eau d’irrigation = (mm apportés/100) × (concentration en nitrates en mg/l /4,43).

Exemple : une irrigation de 150 mm à 50mg/l de nitrates apporte : (150/100) x (50/4,43) soit 17 unités d’azote

Le conseil irrigation en grandes cultures

Quota d’eau

Avant de mettre en route l’irrigation, il faut établir de façon prévisionnelle la répartition de son quota d’eau sur les différentes cultures à irriguer au printemps et en été afin de ne pas risquer de se retrouver démuni au plus chaud de l’été.

Economiser l’eau !

Les matériels d’irrigation évoluent et offrent de nouvelles solutions pour économiser l’eau :

  • Entretien et réglages
  • Préférer les rampes
  • Pourquoi pas le goutte à goutte ?
  •  Moins d’eau, moins d’énergie !

Contacts

  • Conseil irrigation en grandes cultures et Organisme Unique

Nicolas SAVAJOLS
02 54 55 74 55
07 62 01 02 13
nicolas.savajols@loir-et-cher.chambagri.fr

  • Gestion de la ressource (SDAGE)

Isabelle HALLOIN-BERTRAND
02 54 55 20 36
isabelle.bertrand@remove-this.loir-et-cher.chambagri.fr

Prévention Irrigation

La saison d’irrigation étant déjà bien entamée, quelques rappels de vigilance quant aux réglages de vos enrouleurs ou rampes d'irrigation.

Il est important de contrôler les réglages d'arrêt et de démarrage à proximité des routes et de vérifier que les butées d'arrêt fonctionnent bien pour ne pas inonder la route à proximité.

Au vu du Code de la Voirie Routière et du Code Civil, le dépôt de boue et l´arrosage sur la route constituent des "dangers temporaires". A ce titre, ils doivent être signalés.

Voire code de la voirie : Art. R.116-2 du Code de la Voirie Routière ».