Irrigation

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Campagne irrigation 2020

Définissez votre stratégie d’irrigation dès à présent : calculer votre besoin en eau de l’exploitation pour les situations de restriction d’eau (nappe de Beauce)

La fiche technique Optim3  est un support de calcul qui vous aide à répartir votre volume selon vos priorités et de les ajuster au besoin en cours de campagne

Demandez-la auprès de votre conseiller de la chambre d’agriculture

Le conseil irrigation en grandes cultures

Piloter et gérer son irrigation : pourquoi ?

L’eau est un facteur de production important qu’il convient de valoriser au mieux. Avant de mettre en route l’irrigation, il faut établir de façon prévisionnelle la répartition de son quota d’eau sur les différentes cultures à irriguer afin de ne pas risquer de se retrouver démuni au plus chaud de l’été. Tout au long de la campagne d’irrigation, il convient de connaître l’évolution de la réserve en eau des parcelles par un bilan hydrique en tenant compte des besoins en eau de la culture et des apports naturels par les pluies ou par l'irrigation.       

 

Quels outils ?

  • Conseil irrigation

Chaque semaine soyez informé de la situation climatique, de l’évolution d’état de réserve utile et des dates des irrigations conseillées par culture. Il s’agit d’un calcul de bilan hydrique pour trois types de sols de références et cinq cultures accompagné d’une interprétation.

Dernier Bulletin d’irrigation 2020 : bulletin n° 8 du 28 mai 2020

Zone vulnérable et analyse de l’eau d’irrigation

Tout irrigant en zone vulnérable doit détenir une analyse de la teneur en nitrates de son eau d’irrigation (et ce quelle que soit la ressource utilisée : rivière ou forage et productions : grandes cultures, légumes …).

  • Cette analyse doit dater d’au plus 4 ans. Elle doit être réalisée par un laboratoire ou par recours à un test colorimétrique avec lecture au colorimètre.
  • Le résultat de l’analyse doit être conservé avec le plan prévisionnel de fumure.
  • La valeur de l’analyse doit être celle retenue pour l’évaluation de la quantité d’azote apportée par l’eau d’irrigation.
  •  Les apports d’azote par l’eau d’irrigation doivent être pris en compte dans le calcul de la dose à apporter à la culture.


La quantité d’azote apportée par l’eau d’irrigation est estimée selon le calcul suivant : « N » apporté par l’eau d’irrigation = (mm apportés/100) × (concentration en nitrates en mg/l /4,43).

Exemple : une irrigation de 150 mm à 50mg/l de nitrates apporte : (150/100) x (50/4,43) soit 17 unités d’azote

Arrêtés sécheresse

Contexte : Pour faire face à une insuffisance de la ressource en eau en période d’étiage, les préfets sont amenés à prendre des mesures exceptionnelles de limitation ou de suspension des usages de l’eau. Ces mesures de restrictions sont définies lors de franchissement de seuils d’alerte et de crise définis par rapport aux débits des cours d‘eau de référence. Ces données sont accessibles sur le site :

http://www.hydro.eaufrance.fr/indexd.php

Absence de restriction

 

Retrouver l'ensemble des restrictions sur le site de la Préfecture
 

Les bons gestes : économiser l’eau !

  • Réglages et entretien du matériel : les éléments clés pour une irrigation de qualité
  • Préférer les rampes au canon enrouleur pour une meilleure répartition et efficacité d'application
  • Pourquoi pas le goutte à goutte ?
  •  Moins d’eau = moins d’énergie !

Contacts

  • Conseil irrigation en grandes cultures et Organisme Unique

Rachel L'HELGOUALC'H
02 54 55 20 07
06 35 54 24 93
rachel.lhelgoualch@loir-et-cher.chambagri.fr

  • Gestion de la ressource (SDAGE)

Isabelle HALLOIN-BERTRAND
02 54 55 20 36
isabelle.bertrand@remove-this.loir-et-cher.chambagri.fr

Prévention Irrigation

Afin de bien menée votre irrigation, quelques rappels de vigilance quant aux réglages de vos enrouleurs ou rampes d'irrigation.

Il est important de contrôler les réglages d'arrêt et de démarrage à proximité des routes et de vérifier que les butées d'arrêt fonctionnent bien pour ne pas inonder la route à proximité.

Au vu du Code de la Voirie Routière et du Code Civil, le dépôt de boue et l´arrosage sur la route constituent des "dangers temporaires". A ce titre, ils doivent être signalés.

Voire code de la voirie : Art. R.116-2 du Code de la Voirie Routière ».