Vous êtes ici : Accueil > Chambre d'agriculture de Loir-et-Cher > Nos actualités > Prévention vols sur les exploitations

Prévention vols sur les exploitations

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

« Au cours des dernières années, j’ai été cambriolé 5 fois » « Mon entrepôt a été visité il y a quelques semaines, on m’a volé du matériel » C’est avec de nombreux témoignages qu’a débuté la rencontre Prévention du vol sur les exploitations qui s’est déroulée à Suèvres le 14 mai dernier à l’initiative des GDA de Mer et de Marchenoir.

Le vol sur les exploitations, s’il a toujours existé, s’est accru depuis quelques années et notamment depuis la fin de la pandémie du covid-19. « Nous sommes face à une situation socio-économique sans précédent. Le nombre de vol a augmenté et on remarque que les malveillants ont une forte détermination. Il peut s’agit d’actes d’une seule personne mais aussi de réseaux très organisés qui repèrent le lieu qu’ils cambrioleront par la suite » indique l’adjudant Mébarkia de la gendarmerie du Loir-et-Cher. 

Les vols sont divers : matériel GPS qui se revendent facilement, fioul, matériel d’irrigation mais aussi animaux et légumes. Comment se protéger face à ces actes qui menacent la sécurité des biens mais aussi des personnes ? 

Le risque 0 n’existant pas, l’affrontement étant proscrit, le levier d’action principal est la dissuasion. Plusieurs solutions se proposent à vous, à différents coûts. La première action qui vient à l’esprit est de placer le(s) bâtiment(s) sous vidéoprotection. Plusieurs entreprises proposent l’installation de caméras couplées à un système de détection de mouvements qui activera une alarme en cas de proximité avec le bâtiment. Il existe également des systèmes couplés à des générateurs de brouillard. Le fonctionnement de ce type de matériel est très souvent autonome, c’est-à-dire qu’il ne nécessite pas de branchements électriques sur le hangar. 
Il est également recommandé d’allier l’alarme à un système d’éclairage à détection de mouvement. Une personne malveillante se méfiera en effet de la lumière et sera davantage désorientée. 
Une astuce intéressante à bas coût peut être d’installer un panneau indiquant la présence d’un chien « attention, je monte la garde ». Vous n’avez pas de chiens ? La personne malveillante n’est pas forcément au courant. Des enregistrements de situations de vie sonores sont également disponibles, faisant croire à la présence humaine sur le site. 
De nombreuses exploitations étant touchées par cette problématique de vol, il est également essentiel de mutualiser les moyens en se prévenant les uns les autres lorsqu’un événement notable se produit. Un véhicule suspect, un vol, une alarme qui s’est déclenchée dans la nuit… Informez vos collègues agriculteurs de ces événements et prévenez la gendarmerie. 

Restent également les recommandations de base : bien fermer ses installations lorsque l’on quitte le site, changer régulièrement les cadenas, enlever le matériel susceptible d’être volé des engins agricoles et entretenir ses systèmes de protection. 

Votre alarme se déclenche dans la nuit ? Surtout, ne vous déplacez pas, car cela peut vous mettre en danger. La vérification doit se faire depuis votre domicile ou tout lieu sécuritaire afin de lever le doute sur la malveillance. Aujourd’hui, les systèmes de vidéoprotection sont reliés aux smartphones via une application, ce qui vous permet de consulter vos caméras rapidement à tout endroit. Vous avez été victime d’un vol ? La première chose à faire est de déposer plainte à la gendarmerie. Ce dépôt de plainte est utile à la traçabilité. Vous pourrez également fournir aux gendarmes les images enregistrées par vos systèmes de vidéoprotection si vous en avez. Celles-ci pourront permettre l’identification des malfaiteurs et servir de preuves sur le plan pénal. 

N'hésitez pas à échanger avec votre commune sur cette problématique. Celle-ci pourra décider de la pose de caméras de surveillance à proximité de votre domicile. 

« L’objectif est clairement de dissuader au maximum les personnes malveillantes, il faut les gêner dès l’extérieur et ne pas donner la possibilité d’entrer dans le bâtiment. Il n’y a malheureusement pas de solution miracle, mais il existe des dispositifs à tous les coûts, ce qui permet à chacun d’augmenter la protection de ses biens. Une fois les installations mises en place, il faut penser à bien les entretenir. Enlever les toiles d’araignées et la végétation qui peuvent gêner les caméras, bien respecter les délais de maintenance… Un matériel bien entretenu sera bien plus efficace » conclut l’adjudant Mébarkia.