Vous êtes ici : Accueil > Chambre d'agriculture de Loir-et-Cher > Nos actualités > « Ecouter les chauve-souris » : une soirée biodiversité au cœur du vignoble loir-et-chérien

« Ecouter les chauve-souris » : une soirée biodiversité au cœur du vignoble loir-et-chérien

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Le mardi 10 mai, l’équipe viticulture a organisé une soirée Biodiversité au domaine de Montcy. Plusieurs conseillers et professionnels sont intervenus pour aborder différentes thématiques :

- Enherbement et engrais verts, Brieuc MENAGER

- Bandes fleuries, Laura MOUFTI

- Agroforesterie, Florian VINCENT

- Chiroptères, Mickael ROLLIN CPDNE Blois

Le point commun entre toutes ces thématiques, ce sont les chauves-souris ! En effet, celles-ci ont besoin de terrain de chasse privilégié par les enherbement et bosquet, de repères pour se déplacer mais également de lieux pour nicher. Il existe 34 espèces de Chauves-souris en France mais celle qui intéresse le plus les vignerons est le petit rhinolophe car il s’agit d’un prédateur redoutable des tordeuses de la grappe (cochylis et eudémis).

À la suite de la présentation en salle, le groupe s’est rendu dans les vignes, aux abords d’un bosquet et d’une prairie pour « écouter » des chauves-souris avec deux appareils spécifiques.

Le premier appareil est manuel et permet de pointer vers la chauve-souris en vol. Il amplifie les ultra-sons émis par celle-ci et permet d’enregistrer la piste. Lors de cette soirée, les participants ont ainsi pu entendre des Grand Mura.
Le deuxième appareil est une tablette qui retranscrit directement les ultrasons enregistrés sous forme de graphique permettant d’identifier avec certitudes les espèces enregistrées, de voir leurs dynamiques de vol et de repérer quand elles attrapent un insecte. Des Pipistrelles communes ont été identifiées par ce biais.

Cette rencontre a énormément plu aux participants, qui ont pu obtenir des informations pratiques via les différentes interventions en salle, mais également utiliser plusieurs appareils pour « écouter » les chauves-souris. Cette soirée fut également l’occasion de mettre la biodiversité au cœur des pratiques viticoles en prouvant l’intérêt et l’importance de ces animaux nocturnes.