Vous êtes ici : Accueil > Chambre d'agriculture de Loir-et-Cher > Nos actualités > Développement du pâturage sur le territoire d’Agglopolys

Développement du pâturage sur le territoire d’Agglopolys

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Depuis le 1er avril, une centaine de brebis Solognote pâturent sur des parcelles publiques de l’Agglopolys, reparties sur plusieurs communes. Ce projet a vu le jour suite à un appel à candidature de la communauté d’agglomération de Blois en mars 2018, celle-ci cherchant des éleveurs pour pâturer les bords de Loire.

Pour mener à bien ce projet, Agglopolys s’est associé à plusieurs partenaires techniques. Le Conservation d’espaces naturels Centre-Val de Loire assure notamment la mise en œuvre technique et la coordination des parcelles situées en bords de Loire. La Chambre d’agriculture de Loir-et-Cher a quant à elle prit part à l’aventure en apportant son expertise, ses compétences et sa connaissance du milieu agricole.

Suite à l’appel à candidature de la communauté d’agglomération de Blois, c’est le projet commun de trois éleveurs qui a été retenu : Céline Boulay-Poquet, de Chitenay, Matthias Hallouin, des Montils, et Mathilde Parmentier, de Vernou-en-Sologne. Après avoir fait pâturer en 2019 près de 20 hectares de foncier public à leurs moutons, le groupement des trois éleveurs, constitué en association (l’Association des Bergers du Val de Loire), a commencé à faire pâturer le 1er avril 2020 la centaine de brebis solognotes issues de leurs trois élevages.

Le parcours des moutons ira du Lac de Loire, à la Ballastière à Chouzy-sur-Cisse en passant par la piscine de l’Agglopolys. Ce mode d’entretien durable (adieu tondeuses et autres débroussailleuses !) permet le retour d’ovins en milieu urbain et les citadins s’en réjouissent !

En effet, de nombreux avantages ressortent de ce projet ! En pâturant ces espaces, les moutons aident au maintien, à la préservation et à la valorisation du paysage du territoire d’Agglopolys, notamment le paysage patrimonial ligérien. Les milieux ouverts tels que les pelouses et les prairies sont également préservés, cela contribuant à la sauvegarde de la biodiversité, riche en termes d’habitats et d’espèces associées.

D’un autre côté, ce projet contribue au développement et à la pérennité de l’activité d’élevage avec de plus la conservation d’une race rustique locale : la Solognote ! Il s’agit d’une espèce originaire du territoire, caractérisée par sa robe couleur marron châtaine, la seule de France. Cette brebis est historiquement utilisée pour valoriser des espaces difficiles comme les bords de rivières et les sous-bois ; c’est pour cela qu’elle se plaît autant sur nos terres!

Enfin, faire pâturer les moutons participe au maintien de zones d’expansion et d’écoulement des cours d’eau, réduisant ainsi l’impact des crues sur les secteurs habités mais, prévenant également d’éventuels incendies.

En 2020, le parcours est constitué de nombreux espaces non-clôturés en grillage fixe. Il est donc obligatoire qu’un berger surveille le troupeau. Au sein de l’association, c’est Matthias Hallouin qui a pris en charge cette mission. Ainsi, l’éleveur est présent l’ensemble de la journée pour veiller sur le troupeau avant de le ramener dans le parc de nuit à la fin de la journée.

En qui ce projet est-il utile pour les éleveurs ? « Notre grosse problématique, c’était un manque de surfaces à faire pâturer dans nos communes respectives. Nous étions en concurrence avec de plus grosses exploitations et il nous était difficile de nous agrandir sans surfaces pour nourrir nos animaux. Grâce à ce projet, nous avons 100 hectares pour l’ensemble de nos brebis et cela devrait nous permettre d’augmenter le cheptel très rapidement » indique Céline Boulay-Poquet.

Le troupeau, qui devrait s’agrandir à 300 brebis d’ici trois ans, investira ainsi régulièrement de nouvelles parcelles, selon un rythme notamment défini par la qualité et la quantité d’herbe. Une belle aventure qui n’en est encore qu’à ses débuts !