Vous êtes ici : Accueil > Chambre d'agriculture de Loir-et-Cher > Nos actualités >  Blé tendre : la stagnation du rendement est-elle liée au réchauffement climatique ?

Blé tendre : la stagnation du rendement est-elle liée au réchauffement climatique ?

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Dans le but « d’objectiver le changement climatique et de balayer les idées reçues », la chambre d'agriculture Centre-Val de Loire se penche sur le lien entre réchauffement climatique et évolution des rendements en blé tendre.

Evolution du rendement en blé tendre en Loir-et-Cher (source DRAAF)

Depuis les années 1950 et jusqu’à la fin des années 2000, le département du Loir-et-Cher observe une augmentation nette et régulière des rendements en blé tendre. Cet accroissement spectaculaire, de 1,13 quintal par hectare et par an, s’explique par l’amélioration des performances de sélections variétales et des pratiques culturales. Cependant, depuis les années 2000, une interruption brutale de cette progression, suivie par un plafonnement marqué des rendements, est enregistrée.

L’Institut du Végétal Arvalis a démontré que ce phénomène de stagnation résultait, pour moitié, du réchauffement climatique et notamment par la fréquence des stress thermiques et hydriques en constante augmentation. On peut ainsi voir sur le graphique ci-dessous, que le nombre de jour échaudant (c’est-à-dire ayant une température maximale journalière supérieure 25°C) au printemps augmente quasiment de deux jours chaque année. Ce sont ces jours à haute température en période de remplissage des grains qui vont pénaliser fortement le rendement.

Nombre de jours échaudant au printemps (du 1er avril au 30 juin) à Bourges

D’autres facteurs, viennent s’ajouter à ces stress climatiques mais de façon plus minime : baisse de la fertilisation azotée, raréfaction des légumineuses dans les rotations ou encore qualité de l’air (Source : https://www.youtube.com/watch?v=vDSJ3AiJtyU ). Mis bout à bout, l’ensemble de ces facteurs annulent les gains de rendement obtenu par le progrès génétique, constant depuis les années 80.

En matière d’adaptation au changement climatique, c’est donc l’esquive de ces accidents d’échaudage qui est à privilégier. L’objectif serait de faire en sorte que la phase de remplissage de grain soit avancer dans le temps afin d’atténuer les effets des jours à haute températures, de plus en plus fréquents en juin. Ces résultats peuvent être obtenus par l’avancement des dates de semis et/ou le recours à des variétés plus précoces.

Pour plus d’information, vous pouvez consulter la nouvelle version d’Oracle Centre-Val de Loire sur le site Internet de la chambre régionale d’Agriculture, via le lien : https://centre-valdeloire.chambres-agriculture.fr/agroenvironnement/climat-et-air/oracleclima-xxi/

 

 
Pour toutes informations supplémentaires, vous pouvez consulter l’observatoire régional du climat et du changement climatique (ORACLE) Centre Val-de-Loire sur le site internet de la Chambre régionale d’Agriculture.  

Qu’est-ce qu’Oracle ?
L’Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) est un outil ayant pour but d'exposer objectivement le changement climatique et ses conséquences avérées sur l'activité agricole régionale.
Il aide à comprendre les relations entre changement climatique et évolution des pratiques agricoles, mais aussi à identifier des voies d'action pour l'agriculture régionale (adaptation et atténuation).
Un livret téléchargeable retrace, sur les soixante dernières années, l'évolution d'un certain nombre d'indicateurs climatiques, agro-climatiques, d'impacts sur les pratiques culturales, d'adaptation, d'atténuation.
En collaboration avec MétéoFrance, l'analyse de l'évolution de ces indicateurs vise à construire, autour de la sensibilisation face à cet enjeu climatique, une prise de conscience du monde agricole et ainsi aboutir à l'élaboration de stratégies permettant de développer des systèmes agricoles résilients et adaptés.